Download E-books Le fléau PDF

By Stephen King

L a suffi que l'ordinateur d'un laboratoire ultra-secret de l'armée américaine fasse une erreur d'une nanoseconde pour que los angeles chaîne de los angeles mort se mette en marche. Le Fléau, inexorablement, se répand sur l'Amérique et, de manhattan à l. a., transforme un bel été en cauchemar. Avec un taux de infection de 99,4 percent. Dans ce monde d'apocalypse émerge alors une poignée de survivants hallucinés. Ils ne se connaissent pas, pourtant chacun veut rejoindre celle que, dans leurs rêves, ils appellent Mère Abigaël : une vieille Noire de cent huit ans dont dépend leur salut commun. Mais ils savent aussi que sur cette terre dévastée rôde l'Homme sans visage, l'Homme Noir aux étranges pouvoirs, Randall Flagg. L'incarnation des fantasmes les plus diaboliques, destinée à régner sur ce monde nouveau. C'est los angeles fin des Temps, et le dernier wrestle entre le Bien et le Mal peut commencer.

Show description

Read or Download Le fléau PDF

Similar Horror books

American Gods: The Tenth Anniversary Edition: A Novel

Newly up-to-date and improved with the author’s most well-liked text. A glossy masterpiece from the multiple-award-winning grasp of cutting edge fiction, Neil Gaiman. First released in 2001, American Gods grew to become an fast vintage, lauded for its exceptional synthesis of “mystery, satire, intercourse, horror, and poetic prose” (Washington publish) and as a latest phantasmagoria that “distills the essence of the US” (Seattle Post-Intelligencer).

Collected Ghost Stories (Oxford World's Classics)

'I was once aware of a so much terrible odor of mildew, and of a chilly form of face pressed opposed to my very own. .. 'Considered through many to be the main terrifying author in English, M. R. James used to be an eminent student who spent his whole grownup existence within the educational atmosphere of Eton and Cambridge. His vintage supernatural stories draw at the terrors of the typical, during which files and gadgets unharness poor forces, frequently in closed rooms and night-time settings the place mind's eye runs rebellion.

Darker Angels

Nominated for the Bram Stoker Award, Darker Angels takes the reader from the bloodstained battlefields of Virginia to the slave auctions of Haiti. As Abraham Lincoln lies in country in long island, the widow of the well-known abolitionist has an opportunity come upon with the poet Walt Witman, who has an brilliant story to inform.

Mary Reilly

From the acclaimed writer of the bestselling Italian Fever comes a clean twist at the vintage Jekyll and Hyde tale, a singular informed from the viewpoint of Mary Reilly, Dr. Jekyll's dutiful and clever housemaid. Faithfully weaving in info from Robert Louis Stevenson's vintage, Martin introduces an unique and alluring personality: Mary is a survivor–scarred yet nonetheless strong–familiar with evil, but brimming with devotion and love.

Extra resources for Le fléau

Show sample text content

D’un mouvement du menton, il poussa l’interrupteur de l’interphone dans son casque: Si ça ne marche pas, il sera parti avant minuit. Pour Vic Palfrey, l’heure magique était terminée. Retroussez votre manche, monsieur Redman, dit l. a. jolie infirmière aux cheveux noirs. J’en ai pour une minute. Elle tenait le brassard du tensiomètre dans sa major gantée et lui souriait derrière son masque de plastique, comme s’ils partageaient un mystery fortress amusant. Non, répondit Stu. Le sourire s’estompa un peu. Je veux seulement prendre votre stress. J’en ai pour une minute. Non. Ce sont les ordres du docteur, dit-elle d’une voix nettement plus sèche. S’il vous plaît. Si ce sont les ordres du docteur, je veux lui parler. Il est occupé en ce second. S’il vous plaît… Je vais l’attendre, répondit Stu calmement sans faire le geste de déboutonner le poignet de sa chemise. Je fais mon travail vous savez. Vous ne voulez pas m’attirer des ennuis ? fit-elle, cette fois avec un sourire désarmant. Laissez-moi… Non. Allez leur dire. Ils vont bien finir par envoyer quelqu’un. Contrariée, l’infirmière s’avança vers los angeles porte et glissa une clé carrée dans los angeles serrure. l. a. pompe se mit à ronronner et los angeles porte s’ouvrit en sifflant. L’infirmière sortit. Avant que l. a. porte se referme derrière elle, elle lança un regard réprobateur à Stu qui l. a. dévisagea d’un air parfaitement blameless. Quand los angeles porte se referma, il se leva et s’approcha de los angeles fenêtre - double vitrage, des barreaux à l’exté-rieur - mais il faisait complètement noir et on ne voyait rien. Il revint s’asseoir. Il portait des denims délavés, une chemise à carreaux et des bottes brunes dont les coutures commençaient à fatiguer. Il passa l. a. major sur son visage et healthy los angeles grimace. Ils ne l’auto-risaient pas à se raser, et sa barbe poussait vite. Les examens ne le dérangeaient pas. Ce qui le dérangeait, c’était qu’on le laisse dans le noir, avec sa peur. Il n’était pas malade, au moins pas encore mais il avait affreusement peur. C’était l’écran de fumée par ici, et il n’était plus d’accord pour jouer à ce petit jeu, tant qu’on ne lui dirait pas ce qui s’était crossé à Arnette, ce que Campion avait à voir là-dedans. Au moins, il saurait alors pourquoi il avait peur. Ils s’attendaient à ce qu’il pose los angeles query plus tôt. Stu l’avait vu dans leurs yeux. On vous cachait toujours quelque selected dans ces hôpitaux. Quatre ans plus tôt, sa femme était morte d’un melanoma, à vingt-sept ans. L’utérus d’abord, et puis los angeles maladie s’était propagée partout, comme un feu de broussailles. Stu les avait vus éviter ses questions, changer de sujet ou lui répondre avec de longues words bourrées de mots thoughts. C’est pour cette raison que cette fois-ci il ne leur avait pas posé de questions. Et il voyait bien que son silence les avait dérangés. Maintenant, le second était venu de les interroger, et ils allaient lui répondre avec des mots tout simples. Il pouvait remplir tout seul certains blancs dans cette histoire. Campion, sa femme et l. a. petite avaient attrapé une sale maladie. Comme une grippe ou un rhume des foins, mais une maladie qui ne faisait qu’empirer, sans doute jusqu’à ce que vous creviez dans votre morve, ou que l. a. fièvre vous fasse sauter le caisson.

Rated 4.32 of 5 – based on 36 votes